Punaises de lit : des conséquences sur la santé psychologique et émotionnelle

effets psychologiques des punaises de lit - Bugator
Categorie: 

L’infestation des punaises de lit nuit au bien-être et à la santé psychologique. Découvrez les détails dans la suite !

Que l’on réside en France ou n’importe où dans le monde, on n’est jamais complètement à l’abri des punaises de lit. Ces insectes aux corps aplatis sont ramenés dans nos habitations sans qu’on le soupçonne. Si leur piqûre cause généralement des démangeaisons, les impacts sur le plan psychologique peuvent être dévastateurs.

Infestation de punaises : des piqûres à n’en pas finir

Pour survivre, les punaises de lit se nourrissent de notre sang, généralement tous les 3 à 7 jours. Mais en une seule nuit, un insecte peut piquer un individu plus de 90 fois. Le cou, le visage, les jambes, les bras et d’autres parties découvertes en souffrent. Selon le Centre de Collaboration Nationale des Maladies Infectieuses (CCNMI), ces petites bêtes ne transmettent aucune maladie infectieuse. Mais leur piqûre, rappelant celle des moustiques, dévaste sur plusieurs plans.

Chaque individu piqué présente sa propre réaction à l’envahissement des punaises de lit. La piqûre passe inaperçue et ne cause aucune démangeaison chez certains. Pour d’autres, les traces de rougeur disparaissent au bout d’un certain moment. Chez les plus sensibles, une réaction cutanée plus ou moins importante devient insupportable. Les irritations de la peau entraînent des infections laissant des cicatrices.

Des conséquences au niveau psychologique

À force de nous piquer la nuit, ces petits animaux arthropodes minent les sommeils réparateurs et entraînent la fatigue. Se concentrer au travail ou aux études, le lendemain, relève de l’impossible. L’infestation des punaises de lit peut causer de l’anxiété, des troubles psychologiques et émotionnels. Devenus entomophobes, certaines victimes de l’envahissement des punaises de lit s’angoissent à l’idée de voir n’importe quelle bestiole.

Le professeur Stéphane Perron de l’Université de Montréal révèle dans son étude de cas la situation d’une femme aux antécédents d’aliénation mentale. L’infestation de punaises de lit s’ajoutait aux raisons de trouble psychologique de cette patiente qui a fini par se suicider.

Sentiment de honte et isolement social  

On a tendance à croire que l’infestation des punaises de lit découle de notre manque d’hygiène. Lorsqu’on partage l’appartement avec ces petits vampires, on n’ose plus inviter des amis chez soi. On perd le désir de sortir, de peur de recevoir des remarques du genre « tiens, qu’est-ce que tu as sur ta chemise ? ». Ces bestioles risquent de nous faire vivre l’isolement social. Pourtant, il est à souligner que la contamination n’est pas toujours due à l’insalubrité du logement. La petite bête sortait peut-être de votre valise après vos vacances à l’étranger, puis elle s’était multipliée sous la chaleur de vos draps.

Il n’y a pas de quoi avoir honte à la contamination de ces insectes d’un brun caramel. D’ailleurs, beaucoup de personnes traversent les mêmes difficultés et en discutent sur le net. La plupart partagent les conséquences psychologiques et émotionnelles qui découlent de la contamination prenant souvent beaucoup de temps à être surmontée.